Bio sécurité

De La-chevre.

Qu’est-ce que la biosécurité à la ferme?



La biosécurité consiste à protéger la santé du bétail en empêchant la transmission des maladies.

N’importe quelle maladie qui pourrait mettre en péril la santé de ces animaux présente une menace pour la viabilité économique de l’exploitation et le bien-être du troupeau. L’application de précautions pratiques pour empêcher l’introduction de maladies à l’exploitation est le meilleur investissement que vous pouvez faire.

Les maladies infectieuses peuvent être causées par une multitude d’agents. La taille de ces derniers varie largement, allant des organismes visibles à l’oeil nu comme les oeufs d’hypodermes sur les pattes des chevaux aux particules inframicroscopiques comme les virus. Nous ne pouvons voir la plupart des agents infectieux et nous ne pouvons donc déterminer, par simple observation, si un article est contaminé. Toutefois, nous devons présumer qu’un article sale est contaminé.

Les maladies infectieuses peuvent se propager d’un certain nombre de façons. Certaines le sont par contact direct entre animaux, d’autres par contact indirect, comme avec un bol d’eau contaminée. D’autres encore sont propagées par le vent, par des piqûres d’insectes, sur des vêtements contaminés portés par des humains, dans des aliments du bétail ou de l’eau ou par contact avec la faune et notamment les animaux indésirables. Tout comme il existe de nombreux types d’agents infectieux, il y en a qui sont plus faciles à détruire que d’autres. Nombre de ces agents peuvent survivre dans la saleté et l’obscurité, en milieu humide et frais. La plupart de ces agents sont éliminés dans des environnements propres, secs et chauds.

Un certain nombre de méthodes ont été mises au point pour détruire les agents pathogènes. Parmi celles-ci, mentionnons le nettoyage, la fumigation et les désinfectants chimiques. De nombreux désinfectants sont utilisés couramment, chacun ciblant des fins particulières. Certains produits tueront les bactéries, mais non les virus, et la plupart ne détruiront pas les spores. Le sol et la matière organique inactivent rapidement la plupart des désinfectants; il est donc important de nettoyer d’abord à fond les objets à l’eau chaude et au détergent. Il suffit ensuite d’appliquer le désinfectant. Les pédiluves (bains de pieds) sont importants, mais ne sont efficaces que si les chaussures sont auparavant lavées; il faut aussi s’assurer que le pédiluve renferme en tout temps une quantité convenable de désinfectant. Votre vétérinaire ou agent de vulgarisation agricole provincial peut vous renseigner sur le désinfectant qui est le mieux adapté à votre situation.



Que pouvez-vous faire pour minimiser le risque d’introduction d’une maladie?



L’arrivée de nouveaux animaux dans l’exploitation comporte un risque de propagation de maladies entre les nouveaux venus et les sujets faisant déjà partie du troupeau. Il est courant pour des éleveurs d’acheter des taureaux, des béliers ou des verrats, mais leur arrivée risque de compromettre la biosécurité de votre exploitation.

Envisagez de vacciner votre troupeau contre les maladies courantes dans votre région. Votre vétérinaire peut vous conseiller sur le meilleur choix de vaccins. Faites vacciner les nouveaux animaux conformément au programme que vous utilisez déjà dans votre troupeau.

Mettez les nouveaux venus en quarantaine pendant au moins 5 jours. Vous pouvez par exemple confiner l’animal dans une case distincte qui ne permet pas le contact nez à nez avec d’autres animaux et faire en sorte qu’il n’utilise pas les mêmes approvisionnements en aliments et en eau que le reste de vos animaux.

Soyez un acheteur averti! N’achetez vos animaux qu’en provenance de troupeaux dont l’état sanitaire est connu.

L’aliment des animaux qui est en provenance de l’extérieur de la ferme doit provenir d’un fournisseur de bonne réputation.



Visiteurs aux exploitations agricoles



Certaines exploitations, comme les poulaillers et porcheries intégrés, appliquent un plan de biosécurité bien conçu qui vise à protéger l’état sanitaire des troupeaux. Les recommandations suivantes s’adressent aux exploitations de plus petite taille et proposent des étapes pratiques pour la protection de la santé du troupeau.

Il faut prendre des précautions spéciales lorsque l’on admet des visiteurs provenant de pays où sévissent de graves maladies animales. Il faut leur interdire d’entrer en contact avec des espèces sensibles que vous élevez au moins dans les 48 heures suivant leur arrivée au Canada.


Visiteurs présentant un faible risque


Les visiteurs des régions urbaines qui n’ont pas eu d’autres contacts avec du bétail présentent un très faible risque de propager des maladies à vos animaux.


  • Précautions recommandées

Demandez aux visiteurs de porter des vêtements et des chaussures propres pour leur visite à la ferme. Priez ceux qui portent des bottes sales à leur arrivée de les laver et de les désinfecter avant d’entamer leur visite. Vous pourriez également leur fournir des bottes propres ou des chaussures jetables.

Accompagnez les visiteurs et demandez-leur de s’abstenir de pénétrer dans les cases ou d’entrer en contact avec des animaux. Plus le contact avec le bétail est étroit, plus le risque pour les animaux et les visiteurs augmente.

Au départ des visiteurs, demandez-leur de laver leurs bottes souillées et de se laver les mains avec de l’eau et du détergent.


Visiteurs présentant un risque modéré


Les gens qui se déplacent d’une ferme à l’autre, mais n’ont aucun contact direct avec le bétail, présentent un risque modéré de transmission de maladie. Parmi eux, il y a les vendeurs, les distributeurs d’aliments du bétail, les mécaniciens spécialisés dans l’équipement agricole et divers types d’inspecteurs.


  • Précautions recommandées

Mêmes précautions que ci-dessus avec recommandations additionnelles.

En cas de contact avec des aliments du bétail, de l’eau, des échantillons de sol, du fumier ou de l’équipement agricole, il est recommandé de porter une combinaison.

Le matériel d’échantillonnage devrait être nettoyé après chaque usage.

Au départ de l’exploitation, les bottes sales doivent être lavées et désinfectées et les combinaisons souillées devraient être enlevées avant d’entrer dans le véhicule.


Visiteurs présentant un risque élevé


Les visiteurs qui se déplacent d’une ferme à l’autre et ont des contacts directs, souvent étroits, avec le bétail. Il s’agit des vétérinaires, des inséminateurs, des équipes de transformation, des transporteurs de bétail et des voisins.


  • Précautions recommandées

Même précautions que ci-dessus avec recommandations additionnelles.

Les vêtements de dessus et les bottes des visiteurs ainsi que leur équipement doivent être propres. L’intérieur des véhicules doit aussi être propre et être muni de tapis de caoutchouc qui s’enlèvent facilement. Les remorques pour le chargement du bétail devraient être nettoyées avant l’arrivée à l’exploitation.

Les instruments et l’équipement utilisés pour les soins du bétail, comme les décorneurs, les instruments de castration et les seringues, devraient être propres et stériles avant leur utilisation. (N’utilisez JAMAIS de désinfectants chimiques sur les seringues ou les aiguilles servant à administrer des vaccins vivants!) Utilisez des aiguilles et des seringues jetables dans la mesure du possible.

Portez des manches en plastique et des gants jetables en tout temps lorsqu’il y a contact direct avec des liquides corporels, des tissus ou des excréments, comme dans le cas d’aide à la mise bas, de l’insémination, des examens post-mortem ou du dépeçage.

Avant de quitter la ferme, lavez et désinfectez l’équipement et les bottes souillées et lavez-vous les mains au détergent. Enlevez les combinaisons sales avant d’entrer dans votre véhicule.


  • Remarque au sujet des voisins

Lorsque des voisins viennent à votre exploitation pour vous aider, il est parfois délicat d’aborder la question des précautions à prendre en matière de biosécurité. Si vous avez toujours sous la main quelques combinaisons propres et prévoyez un accès pratique à une cuve pour le lavage des bottes, vous inciterez vos voisins à respecter le protocole. Vous pouvez habituellement éviter de les insulter si vous leur expliquez que vous souhaitez également protéger la santé de leur troupeau.


  • Note à l’égard du choix pratique de vêtements d’extérieur

Combinaisons : Envisagez l’achat de combinaisons de nylon pour les conditions humides et sales. Même si elles ne sont pas complètement imperméables, celles-ci sont moins perméables que le coton et moins aptes à s’imbiber de part en part. Elles sont également à l’épreuve du vent et légères et résistent bien au lavage à la machine. Elles risquent d’être endommagées dans la sécheuse, mais elles sèchent rapidement à l’air libre.

Manteaux et vestes : Il est très difficile de laver fréquemment les parkas et les vestes isolantes. Les vestes dites « trois en une » sont donc un bon choix de vêtement d’extérieur. Elles consistent en une couche extérieure détachable fabriquée de nylon et une doublure intérieure de nylon et de polypropylène. Elles résistent bien aux lavages fréquents.



Faune et animaux indésirables



La faune et les animaux indésirables sont souvent très mobiles et présentent un risque de propagation de maladies comme la rage et la leptospirose aux animaux d’élevage. Il est sage de prendre des précautions pour limiter les contacts avec ces intrus. Faites en sorte que l’environnement de la ferme n’attire pas les moufettes et autres animaux indésirables en nettoyant les vieux bâtiments, les débris et le grain renversé. La simple présence d’un chat ou d’un chien sera un élément dissuasif pour bon nombre d’animaux indésirables.

En résumé, c’est vous qui êtes le mieux placé pour protéger votre troupeau et votre portefeuille contre ces maladies et d’autres infections en suivant les principaux fondamentaux suivants de prévention des maladies et de lutte contre elles :

   * Gardez votre troupeau fermé
   * Achetez des sujets provenant de troupeaux dont l’état sanitaire est connu
   * Isolez les sujets achetés
   * Restreignez les visites
   * Appliquez de bonnes pratiques de biosécurité. Insistez pour que les chaussures, les vêtements et le matériel soient propres.
   * Identifiez bien tous les animaux
   * Tenez des dossiers exacts.



Ensemble, nous pouvons protéger la santé des cheptels d’élevage du Canada (bestiaux et volailles). Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’élaboration de votre plan de biosécurité, communiquez avec votre vétérinaire, le vétérinaire de l’ACIA de votre localité ou le spécialiste provincial en vulgarisation.


Source: Agence Canadienne d'Inspection des Aliments