Détection des chaleurs et saillie

De La-chevre.

Chevrette2.jpg
Même si les chèvres sont considérées comme étant des animaux saisonniers au niveau de leur reproduction et même si la saison de reproduction dure généralement de septembre à février, plusieurs exceptions se produisent. Les races laitières comme la Saanen et l'Alpine sont des races de chèvres qui proviennent d'un climat tempéré et sont l'exemple parfait de reproducteurs saisonniers. Néanmoins, même chez ces 2 races, quelques femelles sont capables de se reproduire hors-saison et aussi tôt que le mois de juillet si elles sont logées ou au pâturage avec un bouc. La race Nubienne, dérivée de troupeaux provenant d'Afrique, est probablement la moins saisonnière des races de chèvres laitières. Les chèvres de type bouchères comme la Pygmée et la Myotonique (Tennessee) diffèrent aussi dans leur habilité à pouvoir se reproduire hors- saison. La Pygmée se reproduit pendant l'année entière aux États-Unis, tandis que la Myotonique est modérément saisonnière.

Les chèvres femelles sont pour la plupart, facile à repérer quand elles sont en chaleur. Un éleveur devrait pouvoir identifier les quelles sont en chaleur en observant les femelles plusieurs fois par jour. Il y a des chèvres qui sont presque "silencieuses" en périodes de chaleur. Même les éleveurs les plus observateurs peuvent ne pas pouvoir identifier la chaleur "silencieuse". Les chèvres sont pour la plupart saisonnières. Ceci signifie qu'elles ne sont pas en chaleur toute l’année. La plupart des chèvres sont en chaleur pendant les mois de septembre à février. Les chaleurs reviennent environ tous les 18-22 jours pendant cette période.

La séparation des femelles du mâle est cruciale pour le développement de programmes de saillies efficaces qui devraient aussi être mis en parallèle avec les ressources alimentaires et les demandes du marché. La meilleure façon de séparer les femelles des mâles est de se faire un pâturage de boucs.Cet enclos doit être assez loin du troupeau de femelles en saillies sinon les boucs essayeront de défoncer les barrières pour saillir les femelles en chaleur.

Chez la chèvre, l œstrus peut être induit par l exposition aux boucs. La réponse sera dépendante de la façon avec laquelle la chèvre répond à la contre-saison de reproduction et associée à une première ovulation de 2 à 3 jours après l'exposition au mâle. La première ovulation est parfois silencieuse et le taux de fertilité est généralement bas. La deuxième ovulation, 5 jours plus tard, est accompagnée d'un oestrus fertile. La réponse à l'effet bouc est influencée par l'agressivité sexuelle du bouc, l'intensité de la stimulation et la condition de chair de la femelle. Un contact direct a comme résultat d'apporter une meilleure réponse qu'un contact indirect, à travers une barrière par exemple, ou qu'un contact intermittent. Les phéromones responsables de l'induction de l'œstrus sont relâchées dans le poil du bouc, et non dans son urine, et ne sont pas associées à l'odeur du bouc pendant la saison de reproduction.


Pendant la saison des accouplements, les chaleurs, ou oestrus, arrivent aux 18 à 22 jours. Il y a une période de transition au début et à la fin de la saison durant laquelle des cycles de chaleur courts et sans ovulation ont été documentés. Des cycles oestraux courts, de moins de 12 jours, et fréquemment de 5 à 7 jours sont possibles, spécialement chez les jeunes chèvres. Les femelles matures qui ont des cycles courts au beau milieu de la période de reproduction devraient être considérées comme anormales.

Pour un programme de saillies qui a du succès, les chèvres et les boucs devraient être mis ensembles pour une durée de 40 à 45 jours, ce qui est le temps nécessaire aux chèvres pour compléter 2 cycles oestraux. Un ratio de 20 à 30 chèvres par bouc est recommandé pour de meilleurs résultats.

Les chèvres en chaleur font souvent des vocalises et quelques-unes se plaignent très fort comme si elles soufraient. Un autre signe de chaleur est le va-et-vient constant de la queue. De plus, la vulve paraîtra gonflée et rougie, et la région autour de la queue peut être humide et salie à cause des décharges vaginales. D'autres signes de chaleur incluent une baisse d'appétit et une augmentation de la fréquence de miction. Les femelles en chaleur sont plus facilement identifiables puisque le bouc reste en leur compagnie. Elles bougeront sans arrêt dans leur parc pour trouver une façon de s'approcher du bouc ou elles se tiendront près de la clôture. Finalement, une femelle en chaleur peut monter une autre chèvre comme si elle était un bouc ou encore laisser une autre chèvre la monter.

Malgré tous ces signes, il est parfois possible de manquer la chaleur. En général, ceux qui ont le plus de difficultés avec la détection des chaleurs sont ceux qui n ont qu’une ou deux chèvres. Il peut être parfois très pratique d'utiliser un bouc souffleur (teaser) vasectomisé avec les chèvres pour détecter l'œstrus. Un bouc vasectomisé est rendu infertile grâce à une chirurgie qui coupe les conduits qui apportent la semence des testicules jusqu’au pénis. Par contre, la libido et l'intérêt envers les femelles ne changent pas. Un animal «intersexués» qui a les organes génitaux femelles et possédant un clitoris plus gros et démontrant les comportements de monte du bouc a été utilisé pour faire la détection des chaleurs à NCSU Meat Goat and Forage Educational Unit. Les animaux utilisés pour détecter l'œstrus peuvent porter un harnais muni d'un crayon qui marquera les femelles si elles sont montées. Si le troupeau est surveillé 2 fois par jour, les femelles marquées peuvent être séparées et envoyées au mâle reproducteur. La durée de l'œstrus peut varier de 12 à aussi longtemps que 48 heures. La période durant laquelle la femelle se laissera monter par le bouc dure environ 24 heures. Pour des raisons inconnues, certaines chèvres ne se laisseront pas saillir par certains boucs. L'ovulation arrive de 12 à 36 heures du début de la période de monte. Au début de l’œstrus, les décharges vaginales sont claires et sans couleur. Progressivement, à mesure qu’on progresse vers la fin de la période de monte, elles deviennent plus laiteuses et opaques.

Les chevrettes atteignent la puberté et peuvent être prêtes à saillir vers 7 à 8 mois. Par contre, les chevrettes ne devraient pas être saillies avant d'atteindre 60 à 75% de leur poids mature espéré sinon, leur croissance peut être arrêtée. Aussi, lorsqu’ils prennent leur décision du moment où ils sailliront leurs chèvres, les éleveurs devraient considérer leur âge et leur développement, mais aussi la dernière fois qu'elles ont été saillies et leur état de chair. La saison devrait aussi être prise en considération puisque les chevreaux nés dans un printemps chaud ou durant l’été sont moins performants et ont plus de problèmes de santé que ceux nés dans des mois plus frais.

Les chèvres de boucherie sont généralement saillies à tous les 8 mois. Un Programme de saillies aussi intensif demande une régie serrée, une bonne alimentation et des races de chèvres dessaisonnées. Par contre, le fait de ne saillir qu’une fois par année aura des avantages comme une augmentation du poids de la portée, donnera à la chèvre plus de temps pour nourrir ses petits au moment où ils grandissent le plus vite et lui donnera aussi l’occasion de refaire ses réserves corporelles pour la saison de reproduction suivante.


Revenir à la page Reproduction