Faites un don concret et accessible grâce à l’association humanitaire élevages sans frontières.

Écrit par Christine de Sainte Marie
Avec l’ONG ELEVAGES SANS FRONTIERES, spécialisée dans l’aide au développement par l’élevage, chacun peut contribuer à aider une famille pauvre. En achetant sur le site www.elevagessansfrontieres.org, un lot de 10 poussins, une chèvre, une vache, une ruche, un poulailler… vous contribuerez à aider une famille d’un pays en voie de développement à subvenir elle-même à ses besoins grâce à l’élevage.

Par exemple, pour une famille d’Afrique ou d’Europe de l’Est, une chèvre laitière c’est un moyen de donner chaque jour du lait à ses enfants et une source durable de revenus. C’est aussi une chance pour elle d’aider à son tour une autre famille selon le principe du passage du don. Ainsi la première chevrette qui naîtra sera transmise à une des voisins. Au final, votre don aura bénéficié à plusieurs familles.

Comment faire un don ? Par chèque à l’ordre d’Elevages sans frontières 41 rue Delerue, 59290 Wasquehal, par carte bancaire au 03 20 74 83 92 ou en ligne sur le site www.elevagessansfrontieres.org
En 7 ans, plus de 2000 familles ont été aidées durablement parmi lesquelles 900 ont reçu de animaux d’autres familles selon le principe du passage du don.
Tél. : 03 20 74 83 92 – courriel : contact@elevagessansfrontieres.org Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
*don déductible des impôts à hauteur de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable. Reçu fiscal envoyé pour tout don supérieur ou égal à 10 €.
Source:   Categorynet.com

 

« Un arrêt obligatoire! »

On 24 May 2008, in Nouvelles, by Lachevre

Québec, Canada

« Un arrêt obligatoire! » À la Savonnerie Chèvre-Feuille de Saint-Félicien

par Daniel Migneault


450px-Untitled

Doris Perron, Sonia Gagnon et Yvon Fortin. Absent : Claude Taillon.(Photo : Hélène Gagnon)


Les visiteurs de la Savonnerie Chèvre-Feuille auront la chance de nourrir les chèvres.(Photo : Hélène Gagnon)

Après cinq ans d’existence, la Savonnerie Chèvre-Feuille de Saint-Félicien prend un nouveau virage. L’entreprise spécialisée dans la production de savons artisanaux au lait de chèvre s’installe dans une ancienne grange sur la route 167 ce qui lui confère un style unique et particulier.
La Savonnerie Chèvre-Feuille était située au centre-ville de Saint-Félicien depuis quelques années. Cependant, les propriétaires caressaient de nouveaux projets et les locaux ne répondaient pas aux besoins. C’est ainsi que Sonia Gagnon, Yvon Fortin, Doris Perron et Claude Taillon ont déniché un petit bijou sur le long de la rivière Ashuapmushuan. Le nouveau site permettra aux visiteurs d’admirer les chèvres. De plus, des ateliers de fabrication de savon pourront être donnés aux touristes, mais aussi aux jeunes des camps de vacances par exemple.

« Nous prenons un important virage touristique, avoue Sonia Gagnon. La savonnerie, qui est située à proximité du Jardin zoologique de Saint-Félicien, devient maintenant un arrêt obligatoire. De plus, nos premiers ateliers connaissent déjà du succès. »

En plus des savons, la Savonnerie Chèvre-Feuille offre maintenant différents produits du terroir locaux notamment des pièces tissées par le Cercle des fermières de Saint-Félicien, des confitures et des truffes des Idées de Miche de Roberval, des tissages de laine et mohair de chèvres de l’Économusée de la laine de chèvre de Saint-Fulgence, des bougies de cire d’abeille de Sarah Castonguay, des produits de bois d’Abcam et les peintures sur pierres d’ardoise de Ghislain Gagnon.

La popularité des savons au lait de chèvre est en croissance : « Ce type de savons a d’excellentes propriétés hydratantes. Nous avons une clientèle fidèle que nous avons développée au fil des années. Nos produits sont même vendus en Europe », explique Sonia Gagnon.

Toute la population régionale est invitée à venir découvrir les nouvelles installations de la Savonnerie Chèvre-Feuille dès aujourd’hui.

Source: L’Étoile du Lac


 

Michel Lemelin, agronome, M.G.P.

Conseiller en production caprine et ovine

Coordonnateur – Équipe Développement des productions animales

MAPAQ – Direction régionale du Centre-du-Québec

Michel.Lemelin@mapaq.gouv.qc.ca

28cDe 1981 à 2008, la production laitière caprine a connu une forte expansion. La taille du cheptel caprin total a septuplé et la région du Centre-du-Québec est devenue la principale région productrice de lait de chèvre de transformation au Québec. En effet, selon les données du Syndicat des producteurs de chèvres du Québec, les entreprises laitières caprines centricoises se sont engagées en 2008 à produire 57 % des besoins en lait de chèvre des usines de transformation.

Malgré les efforts des intervenants de l’industrie, les entreprises laitières caprines n’ont comblé que 70,4 % des besoins des usines de transformation. Il faut mentionner que l’industrie laitière caprine connait une croissance très rapide depuis quelques années comme le démontre la figure suivante (MAPAQ, 2006).

Un intérêt soutenu !

L’intérêt pour cette production se maintient donc. En effet, pour l’année 2007-2008, 24 % des interventions des conseillers du MAPAQ sur les projets ou de suivis d’établissement étaient en production laitière caprine. Cependant, l’augmentation de la valeur des terres, de la machinerie agricole, des coûts de construction ou d’aménagement de chèvrerie, la valeur marchande des chèvres laitières et plus récemment l’augmentation du prix des concentrés rendent difficile les projets d’établissement en production laitière caprine sans une planification bien pensée.

En octobre dernier, la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires du Québec a homologué l’entente négociée entre le Syndicat des producteurs de chèvres du Québec et les acheteurs de lait de chèvre. Le prix de base du lait a été majoré de 5 % en 2008. Il sera de nouveau haussé de 2 % en 2009 et de 3 % en 2010.

Une planification bien pensée nécessaire

Le Budget Chèvres laitières (Octobre 2007) du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) démontre que la rentabilité d’une entreprise laitière caprine de 300 chèvres en production exige une production annuelle de plus de 650 litres de lait vendu/chèvre. Par ailleurs, afin d’assurer un revenu adéquat, il est reconnu que le nombre de chèvres laitières par entreprise doit augmenter. Cette tendance a pour conséquence une augmentation importante des besoins en capitaux et en main-d’œuvre bien formée pour la gestion de l’entreprise et en particulier, celle du troupeau.

L’établissement de nouveaux troupeaux ou le développement des entreprises existantes nécessitent donc des scénarios de démarrage adaptés à la situation particulière du ou des promoteurs (location de bâtiments, aménagements de bâtiments existants, constitution d’un troupeau productif et en santé, formation sur mesure, services-conseils, etc.).

Il est bon d’ajouter que le Plan quinquennal de développement 2007-2012 des secteurs agricole et agroalimentaire du Centre-du-Québec a retenu la production laitière caprine parmi ses productions ciblées. La production laitière caprine contribue également au maintien des superficies en plantes pérennes dans la région et au développement du secteur de la transformation des fromages fins.

Pour plus d’information, communiquez au MAPAQ : 819 293-8501, poste 219.