Le chèvre charolais estampillé AOC

On 28 January 2010, in Nouvelles, by Charlotte

Le décret est enfin paru. Le chèvre charolais a son AOC. Il rejoint ainsi les 33 AOC de Saône-et-Loire et devient la 49e appellation fromagère de France

Selinfo

L’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) avait donné un avis favorable le 8 janvier 2009 pour la reconnaissance en AOC du fromage de chèvre charolais. Il a fallu un an pour que cette reconnaissance devienne effective avec la parution du décret au Journal Officiel, le 21 janvier 2010. C’est l’aboutissement de plus de quinze année de démarches.
Un long chemin

En 1992, les producteurs de fromages charolais et mâconnais se sont regroupés au sein de l’Association Fromages de Chèvre Charolais et Mâconnais (FCCM) qui a élaboré un dossier de demande d’accession à l’AOC pour les deux produits. Après les commissions d’enquête diligentées en 2001, l’INAO et les experts de la
Commission d’enquête Charolais ont débuté le travail sur la zone en juillet 2005. Un peu plus d’un an plus tard, la délimitation définitive de la zone de production fut validée. La mise à l’enquête publique eut lieu d’août à octobre 2007. Mais en 2008, le Comité National AOP n’émet pas d’avis sur la reconnaissance du Syndicat de Défense du Fromage Charolais en qualité d’organisme de défense et de gestion, étape précédant la reconnaissance en AOC, ni sur le projet d’aire géographique définitif. Le comité national demande alors à la commission
d’enquête de continuer ses travaux, en prenant en compte divers aspects. En juillet 2008, la Commission d’enquête revient donc sur la zone. (La zone de l’AOC s’étend dans un rayon de 60 km autour de Charolles sur quatre départements : l’Allier, la Loire, le Rhône et la Saône-et-Loire, mais essentiellement en Saône-et-Loire). Quelques mois plus tard, nouvelle présentation, cette fois concluante, du dossier Charolais.
Un fromage de traditions

Le Charollais est l’un des plus gros fromages de chèvre. Il pèse entre 250 et 310 grammes, mesure 7 cm de hauteur et 6 cm de diamètre minimum. Le fromage Charollais est fabriqué au lait cru et entier. Moulé à la louche dans de hautes faisselles, il est ensuite retourné manuellement deux fois par jour. C’est seulement au bout de trois jours qu’il prend sa forme typique. Il est ensuite démoulé et affiné sur claie en hâloir. Il peut bénéficier de l’appellation AOC au bout de 16 jours d’affinage.
Le Conseil général, comme l’ensemble des acteurs du département ayant œuvré à l’aboutissement de ce dossier, peut se féliciter de cette décision. Développer des AOC, c’est ancrer une production de qualité dans un terroir et contribuer ainsi à son développement économique.

Source: selinfo.fr

 

Fromage de chèvre – Le charolais reconnu 46e Aoc

On 28 January 2010, in Nouvelles, by Charlotte

Charolais

Le Charolais, un fromage fabriqué à partir de lait de chèvre cru entier, est devenu le 46e fromage à bénéficier d’une appellation d’origine contrôlée (Aoc), a annoncé lundi l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao). De forme cylindrique verticale légèrement bombée, le Charolais est reconnaissable à sa pâte de couleur crème et à sa hauteur de 7 à 8,5 cm.

Le Charolais, un fromage fabriqué à partir de lait de chèvre cru entier, est devenu le 46e fromage à bénéficier d’une appellation d’origine contrôlée (Aoc), a annoncé lundi l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao). De forme cylindrique verticale légèrement bombée, le Charolais est reconnaissable à sa pâte de couleur crème et à sa hauteur de 7 à 8,5 cm.

Source: web-agri.fr

 
090119MAR02

Une manifestation était organisée jeudi à la laiterie d’Ucal de Belleville-sur-Vie (Vendée), à l’appel du Collectif des éleveurs de chèvres, de la Fresyca et de l’Union caprine 49. Les éleveurs exprimaient leurs inquiétudes sur l’évolution du prix du lait de chèvre pour 2010, et protestaient contre la marche arrière de l’Ucal : la hausse de 15 €/1.000 litres accordée depuis mars 2009 n’a pas été maintenue en janvier 2010.

Une centaine d’éleveurs s’étaient mobilisés, selon les organisateurs. L’ambiance était très tendue.

Après une période de recul, la filière caprine a connu en 2009 une collecte plus abondante que les années précédentes. Cette hausse des volumes a mis un coup de frein aux importations, qui progressaient depuis plusieurs années (90 millions de litres en 2009).

Les éleveurs redoutent un recul des prix pour 2010. Pourtant, « l’essentiel de notre marché (60 % de nos valorisations), à savoir les ventes en libre-service dans les GMS, continue à progresser en volume (+3,2 %) et en valeur (+4 %), rappelle la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec). Une baisse du prix du lait est injustifiable et insupportable. » La FNEC « appelle à la raison l’ensemble des transformateurs ».

Pour sa part, la FRSEA du Poitou-Charentes a rappelé, jeudi, dans un communiqué, qu’un « abandon brutal des importations n’est pas la solution miracle ». En effet, la filière risque de se trouver confrontée à un lait étranger bradé, qui risque d’entraîner une spirale à la baisse pour les prix.

Pour la Fresyca, cette baisse des prix est à relativiser. Les abattages massifs (60.000 chèvres) aux Pays-Bas pour cause de fièvre Q devraient diminuer les disponibilités de lait hollandais pour l’exportation.

La FRSEA assure vouloir « réactiver la maîtrise de la production », tout en « préservant l’installation des jeunes ». Il estime qu’il faut réfléchir à la gestion du lait excédentaire, au niveau interprofessionnel mais aussi avec les autres acteurs européens de la filière. Pour cela, les responsables de la section caprine ont rencontré le 20 janvier 2010 le président d’Eurial, Guy Maingret, et le directeur d’Ucal, Joseph Giraud.

Source: LaFranceAgricole.fr

 

Fièvre Q: pas plus de 10.000 à 15.000 vaccins

On 6 January 2010, in Nouvelles, by Charlotte

La Belgique ne pourra acquérir que 10.000 à 15.000 vaccins vétérinaires contre la fièvre Q, qui touche les chèvres, a indiqué mercredi le ministre flamand de l’Agriculture Kris Peeters devant le parlement flamand.

Contrairement à ce qui se passe aux Pays-Bas, cette maladie ne touche que très peu le cheptel caprin en Belgique, où l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA) a identifié 7 élevages touchés par la présence de la bactérie, après avoir en avoir contrôlé 55.

Selon M. Peeters, l’utilisation du vaccin animal se heurte encore à certains obstacles: ainsi, une procédure de reconnaissance du vaccin par la Commission européenne est en cours et pourrait encore durer quelques mois. En attendant, la Commission belge des médicaments doit examiner le 8 janvier la possibilité d’octroyer une reconnaissance provisoire au vaccin, en attendant le feu vert européen.

Mais par ailleurs, les Pays-Bas, nettement plus touchés par le fièvre, ont pratiquement acquis tout le stock de vaccins auprès du fabriquant, a aussi souligné le ministre-président flamand.

La fièvre Q est une maladie infectieuse transmissible à l’homme, provoquée par une bactérie présente notamment chez des animaux domestiques tels que chèvres, moutons ou vaches. La bactérie peut contaminer les humains en provoquant des inflammations au poumon et au coeur. Mais la pasteurisation du lait de chèvre et de brebis permettent d’éviter une contamination et aucun lien n’a jamais été démontré entre la consommation de la viande et la transmission de la bactérie à l’homme, a précisé l’AFSCA. (belga)

Source: 7sur7.BE