Un éleveur d’Antuzan réclame justice après avoir perdu cinq de ses six bêtes.

201003030750

La consternation et l’émotion. Depuis samedi, ces deux sentiments habitent Patrick Lind, éleveur de chèvres à Antuzan, au-dessus de La-Bastide-du-Sérou. Tôt ce jour-là, une amie le prévient que ces six bêtes ont été attaquées par deux chiens errants. « Je suis venu tout de suite et je n’ai pu que constater l’étendue du massacre : le bouc était mort, trois chèvres et un chevreau à l’agonie qu’il a fallu piquer, et une disparue ». Pour cet ancien technicien en électronique aujourd’hui retraité, le choc a été rude : « J’élève ces chèvres pour mon plaisir. Ce sont comme mes enfants. L’année dernière, le bouc a eu la fièvre catarrhale. Je m’en suis occupé jour et nuit pour le sauver. Tous ces efforts n’ont servi à rien. Je ne sais pas si je recommencerai ». Et pour achever ce sinistre tableau, les chèvres devaient toutes quatre mettre bas dans les prochains jours. Néanmoins, une faible lueur d’espoir est venue rallumer la flamme de la passion de Patrick Lind. Lundi, lors de notre reportage, la chèvre disparue est réapparue au coin du pré. Sérieusement blessée, la bête se remettra mais a cependant perdu ses chevreaux. En début de semaine, au désespoir ont succédé la colère et l’indignation. « Les deux chiens responsables sont clairement identifiés. C’est le garde champêtre qui les a attrapés alors qu’ils étaient en pleine attaque. Ils étaient maculés de sang… » relate fébrilement l’éleveur. Les deux canidés ont été restitués au propriétaire. Pendant ce temps, Patrick Lind réclame justice : « Ce sont des récidivistes. Ils sont bien connus dans le secteur et n’en sont pas à leur coup d’essai. Le maire de La-Bastide-du-Serou m’a conseillé de porter plainte, ce que j’ai fait après avoir longuement hésité. Personnellement, je veux que ces deux chiens disparaissent ». Contactés, leurs propriétaires affirment que la déclaration d’assurance ouvrant aux réparations, a été réalisée. Cependant, ils s’opposent catégoriquement à toutes actions contre leurs chiens.

Source: http://www.ladepeche.fr

 

Leave a Reply