Inter Bio Bretagne

Depuis quelques années, la laiterie de Kerguillet s’est engagée dans un modèle de production qui associe un savoir faire éprouvé à un engagement profond dans la bio. « L’année 2003 est une étape dans l’évolution de l’entreprise. Nous nous sommes clairement orientés vers la fabrication de produits bio ». Xavier Maréchal, directeur de l’entreprise, et ses 13 salariés transforment aujourd’hui des laits de vaches, de chèvres et de brebis, en bio et en conventionnel. « En 2002, 100% de la collecte était en conventionnel. Actuellement, la part du bio représente 50% de notre activité ». A entendre le directeur évoquer le potentiel de la bio, nul doute que cette part augmentera encore dans les prochaines années. « Notre projet d’entreprise intègre une éthique sociale, environnementale et territoriale. Nous privilégions les partenaires locaux, qui partagent nos valeurs ». Le lait est collecté dans le Morbihan, en voiture et citernes. Pas de gros camions. Les volumes sont faibles. « En lait de chèvre, nous collectons souvent chez des producteurs qui transforment et vendent une partie de leur production en direct ». C’est pourtant bien grâce au lait de chèvre que l’entreprise entend se développer.

Diversifier la production

La gamme de produits frais, fabriqués à partir de lait de chèvre bio, est déjà large: yaourts, faisselle, crème fraîche, poudre et kéfir (boisson issue de la fermentation du lait). L’entreprise vient cependant d’investir 200 000 euros, dans des locaux et du matériel, pour étoffer cette gamme et produire des fromages. « C’est un challenge », conçoit le directeur. « La fabrication de fromages présente l’avantage, contrairement aux yaourts, par exemple, de concentrer le produit. Il y a beaucoup moins de volume de matière à sortir de l’usine qu’à rentrer. Le deuxième avantage, c’est la possibilité de stocker le produit et d’allonger ainsi les dates de péremption ». La laiterie proposera prochainement un fromage à pâte molle de 15 jours d’affinage et une tomme de 6 à 8 semaines d’affinage. Intéressant pour ajuster les ventes en période de forte collecte.
80 000 litres de lait de chèvres bio sont aujourd’hui collectés. Le potentiel de collecte, dans le Morbihan, est estimé, par Xavier Maréchal, à 350 000 litres. L’entreprise de Kerguillet aimerait faire son trou, en Bretagne, aux côtés de gros collecteurs comme Colarena et Triballat.

Embauches

Si la collecte est locale, la commercialisation de produits est nationale. Essentiellement dans les magasins spécialisés, sous la marque « Etikébio » mais aussi en grande distribution. 10% de la production est vendue en GMS. « Le challenge est de sécuriser l’approvisionnement sur l’année ». Le directeur mise sur le développement de la filière. « Le lait de chèvre bio souffre encore d’un déficit d’image. Le consommateur assimile le lait de chèvre conventionnel à du bio ou à un produit de terroir. C’est plus difficile de se démarquer qu’en production de lait de vache. Néanmoins, il y a de la place pour la production ». La laiterie de Kerguillet se chargera de la transformer, avec quelques nouveaux salariés. L’entreprise vient d’embaucher une spécialiste de la production fromagère. Deux nouveaux techniciens intégreront l’équipe l’an prochain.

Bernard Laurent

Photo : Inter Bio Bretagne a organisé une visite de la laiterie de Kerguillet à Plouay, lors de l’une  des journées techniques consacrées à la filière.

La chèvre bio progresse
•2100 chèvres en production bio en Bretagne en 2009
•4ème rang des régions en France (Rhônes Alpes en 1er)
•43 élevages
•50% de l’effectif breton est en Morbihan
•90 chèvres en moyenne par élevage en 56
•Plus 8% d’effectifs entre 2009 et 2008 en Bretagne

Source: www.paysan-breton.fr

 

Leave a Reply